1 2 3 4 5 6 7 8 9
blason

Félines


Haute-Loire

Quelques photos d'autrefois

Félines est une commune de Haute-Loire (43), située à 1017 mètres d'altitude (borne géodésique située près de la Mairie) sur le canton de la Chaise-Dieu, Félines tient son étymologie de Figlinae (ancienne carrière et fabrique de poteries d'argile). 0n retrouve sa mention lors du cartulaire de Chamalières en 981. Félines devenue Félineise en 1090 puis dépendance de la châtellenie de Beaumont est aujourd'hui un bourg qui cherche à endiguer son exode rural. Cette commune est composée de plusieurs petits villages : Almance, Almancette, Auffour, Serres, Sassac, Plagnes, Estables, Vacheresse, Le Bouchage, Le Gène, La Souchère, Chamborne, Peygut, Mortessagne, Le Favet, Sembadel-Gare (une partie).

Création d'une salle d'asile (lieu où l'on se met à l'abri, refuge pour indigents)

Suite à la parution de la circulaire de M. le Préfet de la Haute Loire en date du 16 février 1880 au sujet de la création d'une salle d'Asile dans certaines communes : le Maire DUCHAMP et messieurs GRANGIER, VALENTIN, COUDERT, PONTES, FERREBOEUF, SAINTENAC, FAYET, et FARRIGOULE se réunissent en conseil municipal le 7 mars de la même année,

-considérant que la population du chef lieu de la commune de Félines est trop peu importante et que la dite commune se trouve à une distance trop grande pour permettre aux parents d'y conduire leurs enfants.

-considérant en outre que le chef lieu possède déjà une école libre congréganiste tenue par les Soeurs de Saint Joseph qui reçoivent tous les enfants qui peuvent s'y rendre et en plus de l'enseignement, cantine, infirmerie et travaille de la dentelle, remplie plus que la mission d'un Asile sans rien couter à la commune.

Les villages d'Estables, de Vacheresse, d'Almance, d'Almancette, de Mortessagne, éloignés du Bourg ont une Béate assurant l'accueil et la garde des enfants. Par conséquent, la création d'une salle d'Asile serait une dépense inutile pour la commune de Félines.
Article écrit par M. PERRU-COUDERT Georges

Curiosités historiques

Seraphine Le patrimoine culturel de la commune dispose de plusieurs curiosités historiques. Notamment une tombe en forme de rocher et dont l'histoire est intéressante. Un document précis est disponible :Tombe de Séraphine BUISSON
Cette tombe se trouve au cimetière de Félines.

couvent Félines a un ancien couvent qui a été renové et transformé en logements sociaux. statue Le village a aussi une statue de la Vierge sur la place du bourg.
Eglise1 L'église paroissiale, ancien prieuré de La Chaise-Dieu est sous le vocable de l'exaltation de la Sainte Croix, mais possède une autre protection céleste : celle de Saint Barthélémy. On peut comprendre facilement que le premier vocable l'emporte sur le second, et que la fête votive soit toujours fixée à la date proche du 14 septembre, période où l'Eglise fête la découverte de la Croix du Christ et depuis Vatican II dénommée : Croix Glorieuse.
Sainte Croix1 Le 14 septembre 335, l'empereur Constantin fait élever en l'honneur de la passion, à l'endroit même du calvaire, une basilique, en présence de sa mère Sainte-Hélène, qui d'après la tradition, a joué un rôle important dans la découverte de la croix, dont le souvenir a fait naître la fête.
Sainte Croix2 C'est en mémoire de cette découverte que les "classards" de Félines, après la grand messe partent en procession (non sans bruit...tirant des coups de fusils !) portant une croix en bois jusqu'à la croix de pierre située sur la route du Bouchage à la sortie de bourg.
eglise Ce jour là, Félines fait son "Reinage" ou "Reinadse". Que veut dire ce terme ? Il s'agit d'un rassemblement pour procéder à l'élection d'un roi, d'une reine par la jeunesse de la paroisse. (Ne pas confondre avec l'élection de la Rosière). Les habitants de la commune se doivent pour la circonstance d'inviter parents et amis résidents extra-muros, afin de prendre part au repas de midi "Midzour" et se distraire l'après-midi à la vogue : fête profane accompagnée de manèges, jeux de toutes sortes, défilés en musique.
Saint Barthelemy Beaucoup moins d'effervescence pour le second patron Saint Barthélémy, dont la fête est le 24 août et passe tout à fait inaperçue. Contemporain du Christ et donc de la Croix, sa mémoire est conservée, pour ceux qui ne le savent pas, dans l'église, par une statue face à l'entrée. Le Saint présente sa peau sur le bras droit, et de la main gauche accueille les félinois qui ne savent pas toujours qui il est. Quelques doigts manquent à la main gauche. Cette ablation ne date certainement pas du martyre qu'il a subi mais plutôt de déménagements successifs de sa représentation dans le Saint lieu. Barthélémy est probablement à identifier avec le disciple que Philippe présenta au Christ sous le nom de Nathanaël. Il est né à Cana en Galilée. Il est de la famille du vieillard Siméon, d'Anne la prophétesse, d'Elisabeth, de Joseph et Marie. Saint Luc le nomme parmi les douze. Lorsque le Christ parle de lui, il déclare "voici un véritable fils d'Israël, un homme qui ne sait pas mentir". Il ne joua aucun rôle dans les Evangiles, ni dans les actes des Apôtres. La tradition nous enseigne qu'il aurait évangélisé : l'Arabie, la Mésopotamie, et qu'il aurait subi le martyre en Arménie en étant écorché vif. C'est sans doute la raison pour laquelle les professions de tanneurs et relieurs le choisissent pour Saint Patron et que la statuaire le représente souvent avec sa peau sur le bras, à la Cathédrale de Milan, comme à l'église de Félines. En l'an 1000, son corps fut transporté de Benevent à Rome, en l'église qui porte son nom, dans l'Île formée par le Tibre. Il ne mérite pas que son nom soit attaché, dans la mémoire du peuple de France, au massacre des protestants pour des raisons plus politiques que religieuses. A la Saint Barthélémy, la perche au noyer, le trident au fumier Pluie de Saint Barthélémy chacun s'en fi.

Article écrit par M. PERRU-COUDERT Georges

vitrail statue Monsieur BEAU Philippe nous présente La famille BRUN qui a créée le Brunophone.
Monsieur Brun Jean-Marie devant son magasin à Saint Etienne vers 1910.
Le vitrail a été offert à l'église de Félines par M. BRUN Jean-Marie.

La Béate, Fille du Velay

beate Une étude sur la vie des Béates vient de paraître (décembre 2011). Recherche basée sur des documents historiques ainsi que sur des enquètes vérifiées.
Il semble toujours que tout ait été dit, écrit sur ces femmes emblématiques vivant dans l'assemblée sur le communal du village.
Et pourtant trois siècles d'histoire ne se résument pas encore si facilement. Le sujet passionne toujours et particulièrement l'auteur Georges PERRU-COUDERT qui vous prospose de compléter ou connaître cette aventure commencée en velay.

Pour tout renseignement, veuillez contacter :
Office du tourisme - Place du Clauzel - 43000 LE PUY EN VELAY http://www.ot-lepuyenvelay.fr/ Office du Tourisme - Place du For - 43500 CRAPONNE SUR ARZON http://www.otcraponne.com/

La souchère

Elle fut une vraie station thermale. Vous trouverez un certain nombre de documents disponibles en téléchagement. Notamment:
Le carnet de villégiature d'une famille parisienne
Les eaux minérales par Gérard BOUDET
Enquête réalisée par l'école de Félines
La Souchere les bains

Quelques cartes postales anciennes
Souchere Souchere1 Souchere2
Souchere3 Souchere5 Souchere6

Vacheresse et son étang de pêche

Vacheresse etang3 etang2
etang4 Site internet

etangvacheresse.simplesite.com/

Almancette et sa maison d'assemblée, le four à pain

Almancette Four1 Four2 Four3 maison assemblee

Almance et sa maison d'assemblée privée, son lavoir et son abreuvoir.

Almance lavoir1 lavoir2 lavoir3

Le Favet, sa croix en fer forgé à l'angle d'un jardin, son abreuvoir, son lavoir.

Abreuvoir1 Abreuvoir2 Abreuvoir3
Lavoir Le Favet

Le Favet : autrefois maison forte

On retrouve l'existence de la famille "Du Favet" dès 1412 d'où le nom du hameau. Au XVII ième siècle, il est fait mention de descendants de la maison du favet en tant que seigneurs de CHELLES près de la Chaise Dieu, et de Sassac la Tour sur la commune de Félines. AU XVIII et XIX ième siècles, une branche familiale est installée dans le Puy de Dôme. Un chanoine du même nom fait partie du Châpitre cathédrale de Clermont. Aucun vestige de la maison forte de cette branche ne subsiste actuellement. Le hameau en habitat groupé compte à ce jour 8 maisons abritées des vents d'ouest par la voie ferrée désaffectée: Sembadel-Darsac. Le promeneur peut découvrir une croix de mission en fer forgé à l'angle d'un jardin clos à droite en venant de Félines, l'abreuvoir, et en contrebas à gauche le lavoir.

Plagnes et son paysage

plagnes plagnes
plagnes plagnes

Plan du cadastre napoléonien des villages de la commune

AuffourEstable
auffour Estables
La BorieLa Maison Neuve
auffour maison_neuve
MortessagneLe Bouchage
auffour maison_neuve
Le GennePeygut
le_gennes peygut
SerresSassac
plagnes sassac

Selon la loi Informatique et Libertés, toute personne figurant sans son consentement peut exiger le retrait des informations la concernant. Mentions légales
Des suggestions ou des remarques ? Veuillez contacter le WEBMASTER ici